Je suis inscrit sur le site d’enchères d’eBay depuis mai 2012.

Mon profil d’évaluation est bon car je suis respectueux de ce que je mets en vente ainsi que de mes clients. Je pense que ceci est une règle élémentaire, hélas pas toujours respectée. Pour ma part je n’ai jamais eu à me plaindre de qui que ce soit et je n’ai rencontré que des gens honnêtes et agréables.

Pourquoi vous parlez des enchères allez-vous me dire ? C’est tout simple parce que c’est un moyen important aujourd’hui de faire évoluer ma collection.

Lorsque j’habitais en région parisienne, je me rendais régulièrement dans des bourses aux collections pour y retrouver un ami vendeur qui exposait. Celui-ci chinait pour moi d’après une liste de recherche que je lui fournissais et lorsque nous nous retrouvions dans un salon, je récupérais les capsules qu’il avait réussi à trouver. A l’époque c’était assez facile car je n’avais que très peu de thématiques.

J’ai également fait partie du club de Gretz Armainvilliers, club que l’on baptisait lors de la bourse annuelle « le petit Vertus » tellement il avait pris de l’importance. Outre les capsules et la collection c’était un moyen de retrouver les copains, les amis et faire de nouvelles connaissances.

Je n’écrirais que quelques lignes sur le salon de Vertus du 11 novembre car il est « mondialement » connu. Pour ceux qui n’auraient pas encore eu la chance d’y aller, c’est un véritable lieu saint de la capsule. Après on trouvera divers avis sur la question et je respecte les points de vue de chacun. Simplement, la première fois que je suis entré à l’intérieur de ce gymnase, j’ai « suffoqué ». Des marchands de capsules et encore des marchands et encore… Certes il fallait une bourse bien garnie et un mental d’acier pour ne pas craquer à chaque stand. Je repartais toujours avec deux ou trois plateaux de nouveautés et un porte-monnaie apaisé ! Les échanges étaient également nombreux et c’est tout cela qui faisait le charme de ce salon, car il ne faut pas oublier que la base de toute collection est d’échanger entre collectionneurs.

Je ne fréquentais que très peu les brocantes pour une simple raison, je ne voulais pas m’absenter tous les dimanches matin en laissant mon épouse seule à la maison. Elle n’aurait pas apprécié et la situation n’aurait pas duré très longtemps. Le fait de me laisser collectionner « ces bouts de ferraille » comme elle les appelait parfois, méritait bien ce choix.

Je me rendais régulièrement chez Capsules et Cie, une boutique de la porte de Bagnolet, qui proposait un grand choix de capsules, apportait une aide toujours appréciée, et offrait un accueil hyper sympathique.

Lorsque je me suis retrouvé à la retraite, j’ai fréquenté plus souvent les salons et m’y rendais avec un ami, c’est plus sympa de faire la route à deux.

Et les enchères alors ?… J’y arrive. En 2012 donc, je me suis mis à consulter eBay et découvert petit à petit des capsules que je recherchais. A cette époque les propositions étaient beaucoup moins nombreuses qu’aujourd’hui et les prix proposés plus raisonnables.

Je me suis pris au jeu des enchères, j’en ai remportées beaucoup, perdues aussi et découvert « les enchères automatiques » qui me faisaient rager lorsqu’à quelques secondes de la fin je pensais avoir remporté la capsule convoitée.

Depuis que j’habite à la campagne, eBay est devenu indispensable car les bourses ou salons sont loin et les propositions de ventes se sont multipliées. A tel point que l’on découvre tous les jours de capsules inconnues, des variantes de teintes, des nuances.

Je ne fais pas ou peu d’échanges car mes recherches sont tellement thématisée que peu de personnes peuvent répondre à mes demandes. Et puis je n’ai pas la monnaie d’échange, si ceux-ci ne veulent pas vendre.

Alors j’achète et la cagnotte que je me suis faite, fond petit à petit… Parfois je ne sais pas être raisonnable mais jouer aux enchères c’est un peu comme la roulette russe ou le casino, il y a du stress et les dernières secondes sont tellement prenantes. On dirait presque que notre vie en dépend… J’exagère, peut-être, mais… pas tant que ça finalement.

Un collectionneur est un passionné. Qu’il soit « échangiste » ou acheteur, il est obsédé par ces recherches et ces découvertes peuvent le rendre euphorique. Il peut tour à tour connaitre des moments d’allégresse, de détresse ou de culpabilité. J’ai connu tout cela, à un degré raisonnable, fort heureusement et c’est parce que je relativise que je peux continuer d’exercer ma passion.

Les enchères, c’est un peu « Alice au pays des merveilles ». Lorsqu’un matin vous découvrez une capsule fort rare, votre coeur se met à battre un peu plus vite et vous vous dites « il me la faut ». Oui mais voilà, vous n’êtes pas le seul à réagir ainsi. Les quelques jours qui suivent semblent plus longs que d’habitude. Et le moment fatidique arrive. Les dernières minutes sont prenantes et la joie (ou parfois la tristesse) se fait ressentir lorsque le gong retentit.

Je me permettrais juste de vous donner un conseil, n’hésitez pas à demander au vendeur des précisions sur la capsule. Car, après m’être fait avoir plusieurs fois, je me méfie désormais de la « couleur » de l’image proposée. J’ai vu teintes non référencées, laissant à penser à une nouveauté, un essai, une nuance… Et bien non, c’est simplement le flash ou la méthode utilisée qui ont carrément transformé la plaque de champagne.
Bonnes enchères à tous et surtout bonne chance.

Le dessin illustrant cet article appartient à monsieur Martin Vidberg qui m’a gentiment donné son autorisation de publication. Qu’il en soit vivement remercié. http://vidberg.blog.lemonde.fr/

  • 063-enchere-1235602639